Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 07:12
Le Vol 4307 2013

Le spectacle du Mont Blanc qui surgit dans toute son ampleur lorsqu’on le découvre en remontant la vallée de l’Arve m’a toujours impressionné : un élan de 4300 m, depuis l’altitude de la plaine de Sallanches : 500m, jusqu’ au sommet, à 4810 m comme chacun sait….

Le Vol 4307 2013

Cette ampleur, c’est une dimension Himalayenne ! Beaucoup des très hautes montagnes du monde sont situées à l’extrémité de hautes vallées, et la dimension de la montagne proprement dite est de l’ordre de 4000 à 5000m. Le sommet de l’Aconcagua, sommet des Amériques, domine de 3500 m la vallée des Horcones, et le Nanga Parbat qui est considéré comme la plus grosse masse rocheuse de la planète domine la vallée du Rupal de 4500m.

Que notre Mont Blanc nous offre prés de chez nous une face d’une telle ampleur mérite d’être salué, et c’est pour le faire que j’ai conçu le projet « Vol 4307 » (clin d’œil à mes amis du club de Saint Gervais qui organisent le « vol 4807 »). Ce projet, nous l’avons totalement réussi ce mois de septembre 2013, Avec Michel, Bruno et Yves du club « Vercors Envol » club voisin et ami de mon club des « Tichodromes »

Ce succès fait suite à deux tentatives qui ne furent que des réussites partielles en 2011 (en solo) et en 2012 sous l’égide du concours « changer d’approche » organisé par Mountain Wilderness, concours que nous avions remporté bien que nous n’ayons pas pu décoller du sommet.

Le projet « Vol 4307 » consiste à gravir intégralement le Mont Blanc en partant à pied du plus bas possible : de la plaine de Sallanches (gare du Fayet 570 m), et à décoller du sommet en parapente.

Dimanche 1er septembre, 13 h, nous partons du Fayet, nous dormirons dans le confortable gite du Prarion, à proximité du col de Voza.

Lundi, nous choisissons pour monter au refuge de Tête Rousse (3167m) d’emprunter l’itinéraire de l’alpage de l’Are, que j’avais emprunté l’an dernier à la descente avec Marc. Le dernier tronçon du TMB, fermé pour travaux les années précédentes a été ré ouvert cette année, et à la gare du nid d’Aigle (terminus provisoire devenu définitif) nous rejoignons la cohorte internationale des alpinistes qui coucheront ce soir soit à Tête Rousse, soit au nouveau refuge du Goûter. Sur le sentier, il faut parfois se frayer un chemin parmi les bouquetins qui ont leurs habitudes dans le désert de Pierre Ronde, qui finalement n’est pas si désert que çà.

Le Vol 4307 2013

Vue de la terrasse de Tête Rousse, l'aiguille du Goûter dont la revêche face ouest devra être gravie demain dans la nuit. Elle est dominée par les deux refuges du Goûter, l'ancien, voué à la démolition rapide, et le nouveau qui fait la "une" de toutes les publications spécialisées en architecture.

La météo confirme : les deux jours qui viennent : mardi et mercredi seront sans doute volables là-haut !

Dur !

Comme il aurait été bon d’entendre que c’était volable mercredi, mais surtout pas mardi, car cela va nous obliger de tenter le sommet dès demain, soit une journée de 1640 m de dénivelé, en oubliant l’étape prévue au nouveau et confortable refuge du Gouter, et les arrhes que nous avons dû verser.

Mardi : p’tit dej à 2h, pour attaquer de nuit l’ascension de l’aiguille du Gouter et la traversée du fameux couloir de la mort, dont le câble d’assurance est devenu inaccessible.. Tout se passe bien, nous avions prévu une pause au refuge du Gouter que nous atteignons à 6h. Tout y est bouclé, mais nous nous sommes allongés dans un couloir ¾ d’heure, pour reprendre quelques forces, avant de repartir. Dès l’arête du Gouter, nous ressentons un fort vent de nord-est… Qu’en penser ? D’après la météo, il devrait plutôt faiblir…. Nous monterons jusque Vallot (4367m) que nous atteindrons à 9 h. Le vent est toujours fort, mais il serait encore temps de monter au sommet où on peut penser qu’il faiblira, en espérant y arriver en état de maîtriser un décollage difficile.

Vue du balcon de l'observatoire Vallot, vers l'aiguille de Bionnassay et les Dômes de Miage

Vue du balcon de l'observatoire Vallot, vers l'aiguille de Bionnassay et les Dômes de Miage

J’appelle météo Chamonix 08 99 71 02 74. Ils annoncent pour aujourd’hui 20 km/h de NE au sommet, et demain beau temps également, mais seulement 15 km/h de NE. La décision est assez facile à prendre (bien qu’il soit toujours difficile de renoncer à une journée potentiellement volable…). Les conditions de décollage seront plus faciles demain, Yves est en train de monter au Gouter car il n’avait pas pu se libérer plus tôt, donc on pourra faire le sommet avec lui, enfin nous avons une réservation dans ce fameux refuge du Gouter flambant neuf qui est sans doute actuellement le plus beau et le plus célèbre refuge du monde. J’avais raté son inauguration l’an dernier pour des questions de mise au point de sa technologie futuriste! Donc redescente jusqu’au refuge ou nous passerons une confortable après-midi dans ce cadre sublime. Nous y retrouvons Yves, ainsi qu’un autre parapentiste solitaire : Alain.

Le Vol 4307 2013

Une autre perspective de l'aiguille du Goûter, comme nous ne l'avons pas vue. Quelques jours après notre passage, un court mais violent épisode de mauvais temps l'avait entièrement platrée de neige fraîche....

Le Vol 4307 2013

Le vieux refuge du Goûter: il faut se dépècher de le dessiner avant qu'il ne soit détruit, j'en aurai le temps cette après midi passée dans le nouveau... L'un des bâtiments sera conservé comme abri de sécurité. La compagnie des Guides de Saint Gervais l'aurait parait il volontiers conservé pour le gérer en direct pour le compte de ses membres.

Le Vol 4307 2013

De là haut cet après midi, j'aurai le temps de dessiner cette montagne que je n'ai pas identifiée..

Le Vol 4307 2013

Le nouveau refuge du Gouter ! Que dire de lui qui n’ait pas déjà été dit ? Quel adjectif flatteur n’at-il pas été utilisé pour le qualifier ? Une prouesse architecturale projetée sur le vide, il aurait toute sa place dans une BD de sciences fiction. Ses lignes épurées rivalisent avec celles de l’aiguille de Bionnassay qui lui est vis-à-vis. Il est la pureté d’un élan au bord de l’abîme. Il offre à cette altitude un confort remarquable, produit des technologies les plus récentes. Mais sa gestion est certainement difficile : complet dans le quart d’heure qui suit l’ouverture des réservations obligatoires par informatiques 30 jours à l’avance, on y parle toutes les langues… Il est soumis aux tentatives de surbooking sauvage au point que le préfet de Haute Savoie a imposé une taxation spécifique de cette pratique.

Moments magiques....

Moments magiques....

Mercredi : p’tit dej à 3h. Départ 4h, Vallot 6h, Sommet 8h. Sublime ! Vent travers droit (dans l’axe de l’aiguille du midi) d’une intensité raisonnable. Michel, Bruno, Yves et Alain se jettent dans leur sellettes, j’aurai juste le temps de les photographier. J’aurai un peu plus de mal à décoller du fait du vent de travers à proximité de l’arête est du sommet. Nous nous poserons tous au bord du lac de la Cavettaz après avoir survolé Sallanches.

Survol de l'aiguille du Goûter et de son refuge, un point de vue unique, non?

Survol de l'aiguille du Goûter et de son refuge, un point de vue unique, non?

Merci à mes compagnons d’aventure qui m’ont permis de réaliser ce rêve et avec qui nous avons formé une excellente équipe, soudée et efficace.

Pierre-Do Bayart

pbayart@orange.fr

Septembre 2013

Les photos:

https://plus.google.com/photos/116526600766010026468/albums/5925791144457305041?banner=pwa&authkey=CKeUyrOTwMH3KQ

Données statistiques:

le sommet sera atteint en un peu moins de 3 jours: 67 h exactement du dimanche 13h au mercredi 8h.

Durée de l'effort:

J1 3h pour 1280 m

J2 5h pour 1514 m

J3 10 h pour 1200 m de montée, pauses au gouter et à Vallot et 600 m de descente

J4 4h pour 1000 m de montée

Dénivellé total: montée 5000m Descente 700 m

Durée du vol 45 minutes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alain MARC 23/03/2014 21:36

Un salut cordial et admiratif d'un "cafiste" et modeste parapentiste - aquarelliste de la plaine, qui a lu d'un seul trait et avec grand intérêt l'ensemble de votre blog !
Bravo pour votre démarche, votre sens de la montagne et la spontanéité de vos aquarelles dont la réalisation in-situ vous honore ; ...à peut-être un jour sur un décollage ?

Articles Récents

Liens