Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 17:32
Vols d'Automne
C'est un excellent prétexte qui nous a amenés ici Michel et moi. Je devais rencontrer à Saint Bonnet en Champsaur Alexis Nouailhat pour discuter avec lui de sa participation à la première "Rencontre des peintres de montagne en Dauphiné". L'occasion de gravir au dessus de chez lui le "Vieux Chaillol", le sommet qui marque l'extrémité sud de l'Oisans, et d'en décoller...
Au col de la Pisse, 2750 m, arrive le canal de Mal Cros, construit au siècle dernier, qui détourne les eaux du versant éponyme pour les déverser dans le versant sud.
Vols d'Automne

Tout se passera bien, par cette belle matinée, la pente terminale orientée sud nous offrira un beau déco correctement alimenté, je me poserai au bord du Drac. Ce sera ensuite une rencontre fructueuse avec Alexis.

Vols d'Automne
Entre deux vols montagne, avec Anne nous rendons visite à Digne à cette grande montagnarde que fut Alexandra David Neel, l'occasion de reconnaître les fameux "refuges d'art", et aussi je dois le dire pour moi, de tomber dans le piège des hydropithèques, ou le canular porté au niveau de l'art....
Le village d'Entrages

Le village d'Entrages

Ce sera ensuite le "Rochail" sommet qui est à l'ouest de l'Oisans, ce que le Chaillol est au sud.
D'abord une montée dans les alpages, mais...

D'abord une montée dans les alpages, mais...

...le Rochail, c'est du rocher.... forcément.... J'avais tant de mal à rendre celui-ci à l'aquarelle, mais l'organisation de ma fameuse "rencontre" m'a donné l'occasion de progresser; du moins le le crois...
Un long parcours d'arête..

Un long parcours d'arête..

les rochers certes, qui se perdent dans des nuages...
Vols d'Automne
Longue montée! (1700 m) se terminant par une longue arête rocheuse à ressauts multiples, un sommet pris dans les nuages qui ne serait de toute manière pas décollable, redescente au col du Rochail pour un déco pas vraiment facile, entre les turbulence d'un vent du sud dans un venturi, et les cailloux... Mais c'est parti. Atterrissage au col d'Ornon.
montée au refuge du Pigeonnier le soir sous la bruine dans les couleurs d'automne.

montée au refuge du Pigeonnier le soir sous la bruine dans les couleurs d'automne.

14/15 octobre: ce sera le dernier vol haute montagne: les Rouies. les refuges sont fermés, mais le refuge d'hiver du Pigeonnier est accueillant.
Un décollage qui m'aura donné du fil à retordre!

Un décollage qui m'aura donné du fil à retordre!

Après les évènements climatiques extrêmes que nous avions vécus ce début de semaine, il fallait tout l’optimisme et la détermination de Michel pour se lancer dans cette aventure ! Mardi à 17 h, au départ du chalet du Gioberney au bout du Valgaudemar, il pluvine quand nous attaquons la montée au refuge du Pigeonnier. Nous y arriverons à 19h à la tombée de la nuit, tout juste le temps de repérer le départ pour demain matin. Le refuge est propre et accueillant (refuge d’hiver non gardé), bien qu’un peu frais pour sécher nos vêtements. Nous sommes seuls.
Mercredi, lever 4 h départ 5 h, le ciel est clair, un superbe clair de lune. Michel avait raison ! Assez vite nous trouvons la neige. Au fur et à mesure que nous prenons de l’altitude, celle-ci se fait de plus en plus épaisse, et il faudra tracer profond pour remonter le couloir sous le plateau sommital (merci Michel !). A 8h 45 nous trouvons l’échappatoire du couloir qui donne accès à celui-ci. Nous remontons vers le col des Rouies qui devrait offrir des possibilités de déco en orientation sud. La pente sommitale, d’orientation nord, n’est à priori pas praticable pour décoller selon la météo annoncée qui promet un régime de sud.
Un peu avant d’arriver au col, à 3250m, nous trouvons une jolie pente avec une légère alimentation, nous décidons de nous y préparer. Le temps de le faire, les conditions (faibles) s’inversent ! Michel s’élance, pas facile avec la neige fraiche, mais après un premier essai, ça part…
C’est mon tour, mais çà ne part pas ! J’essayerai 5 fois, six fois… je ne sais plus . C’est une belle pente orientée plein sud, en neige fraiche pas vraiment favorable à une course d’élan énergique, mais qui ne présente pas de danger en cas d’échec. La brise arrière est dominante (catabatique ?). Chaque échec se paye par une épuisante remontée dans la neige fraîche et par un démêlage de suspentes.
Trouver un autre déco plus haut ? Il faudrait m’aventurer seul sur le glacier, et le temps que j’y arrive, les conditions sud seront probablement installées. Redescendre et trouver un déco au dessus du refuge ? Possible, mais ce serait vraiment trop dommage !…
Je décide d’attendre que les conditions s’inversent, que ce fameux sud annoncé veuille bien se manifester. J’alterne tentatives et pauses d’attente. A l’issue d’une tentative qui devait être la dernière, le brouillard m’enveloppe ! C’est le signe attendu qu’un peu de convection s’installe ! Il faut retenter dés que j’aurai recouvré un peu de visibilité ! Je décolle enfin vers 11h30, prés de deux heures après Michel qui s’est posé au Chalet du Gioberney. Je me poserai à la Chapelle en Valgaudemar après un vol tranquille.
Dans la catégorie des vols que j’aurai réalisé ayant demandé beaucoup d’efforts et de détermination, entre ceux de la montée et du déco, celui-ci pourra prétendre à un rang flatteur !
La montagne est magnifique : couleurs d’automne et éclat de la neige fraiche. Mais la saison des vols haute montagne pour cette année est terminée, place au ski !
Dans les 7 Laux, au dessus de Fonds de France

Dans les 7 Laux, au dessus de Fonds de France

Partager cet article

Repost 0

commentaires

organique 13/11/2014 16:48

On en veut plus traité de cette manière. Merci.

Articles Récents

Liens